Retenir

Oh, que j'aimerais sans cesse
Arrêter le cours du temps
Dans le lit de la tendresse
Sur les rives du printemps

Comme un fleuve intarissable
Pris au piège d'un étang
Comme un souffle insaisissable
Dans les fils d´un cerf-volant

Écouter dans le silence
Le murmure assourdissant
De la voix de notre enfance
Que plus jamais nul n´entend

Mais qui parle avec sagesse
Des espoirs de nos quinze ans
Et qui sait, d'autres richesses
Oubliées depuis longtemps

(...)


Yves Duteil - Le cours du temps

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet