mardi, juillet 24 2018

Résonances et harmoniques

“So close, no matter how far
Couldn't be much more from the heart
Forever trusting who we are
And nothing else matters

(...)”

 

MetallicaNothing Else Matters

vendredi, juin 29 2018

Same player ...

Je viens de prendre conscience d’un truc dans mon quotidien qui tend à titiller  une hypothèse qui me turlupine depuis un moment sur le sens de la vie, en particulier dans le monde de fou, absurde et sans logique que nous subissons ces dernières années (d’autant qu’il y a une accélération de dingue en ce moment, niveau connerie), coincés que nous sommes par des dirigeants (de pays, d’entreprises, d’administrations) brillant par leur folie, leur inhumanité, leur absence de sens commun (le vrai, hein, pas celui de notre oncle qui vote FN ou LREM ou LR (enfin, qui vote, quoi) et qui ergote à qui mieux-mieux sur le péril des flux migratoires), leur égoïsme, leur leurres (ahah)(oui, je me contente de peu), leurs mensonges (donc), et qui pilotent les destinées de milliards d’individus (que ce soient les destinées propres ou celles collectives comme ce qui touche à la dégradation de notre écosystème planétaire) avec une inconséquence et une absence totale d’empathie, d’altruisme et de responsabilité (celle sensément attachée à leurs fonctions) telles qu’on serait tenté de les croire grands fans et lecteurs avertis des grandes œuvres d’anticipation noir et/ou post-apo (« 1984 », « Le meilleur des mondes », « Mad Max », « Ravages », « Les derniers hommes », « Les dragons stochastiques », [insert here any book/movie/idea wich put you in PLS], …), à tel point que leur but ultime serait de reproduire IRL et grandeur nature les projections (non pas prophétiques mais  relevant de la mise en garde, pourtant) des maîtres visionnaires (non, parce qu’il faut (il faut !) bien trouver une raison autre que le confort immonde et indécent d’une minorité ou le reptilien réflexe de domination à tout ce cirque, sinon, en plus de n’avoir pas de sens, c’est médiocre)(ceci étant, comme je suis misanthrope à mes heures perdues, je crains qu’il faille trouver là (dans la dernière parenthèse (suivez un peu, aussi !)) l’explication la plus plausible à la marche du monde)(c’est donc médiocre).

Mais si cette infâme logorrhée que je vous inflige peut amener un début de réponse sur le pourquoi de la marche du monde, elle n’amène aucune piste sur le sens éventuel de la vie.

 

Lire la suite...

Qui rogat non errat

« As-tu déjà fait ces rêves Néo, qui semblent plus vrais que la réalité ? Si tu étais incapable de sortir d'un de ces rêves ? Comment ferais-tu la différence entre le monde du rêve et le monde réel ? »

MATRIX - Morpheus

mercredi, mars 28 2018

Fou(toir)

Alors que le moteur est au point mort, que l’envie de faire quoique ce soit est inexistante, que la raison est encore là mais peine à porter le système, que le retard s’accumule de fait, que les ornières familiales et matrimoniales tracent un chemin sans surprise, que la force des mauvaises habitudes s’apparente à la gravité d’une géante gazeuse, que le diamant poli du souvenir alerte sur le manque, que la vie passe sans répit, que le temps ne fait rien à l’affaire, que la sclérose s’installe, que les projets s’amoncellent dans ton esprit et qu’ils y restent, que ta misanthropie saisonnière pointe le bout de son nez, que ton imposture intrinsèque te mine, que peu de choses ont encore un goût, que la fin du monde tant annoncée est là et que tout le monde s’en fout puisqu’elle n’a pas le panache d’une météorite, d’un alignement de planètes ou d’un super-volcan mais avance petit à petit par la grâce de l’absence de prise de conscience et d’efforts propres à ne serait-ce que la retarder ou du moins nous y préparer, que l’insignifiance de notre conscience te saute à la gueule tant que c’est assez, que les chimies de ton cerveau semblent prendre un malin plaisir à te voir voir tout en noir ( !), que les souffrances individuelles, dites et non-dites, te noient, que décidemment il est compliqué de rester bloqué à quinze ans quand les rides s’installent, les cheveux se font la malle et que tout le monde attend de toi d’être adulte et responsable (imposteur !), que tes actes battent ta conscience en brèche, que la seule pulsion à se faire entendre est celle qui te taraude pour que tu montes dans ta voiture et pour que tu roules, loin, ailleurs, longtemps, que la bêtise des abruti.e.s t’agresse quotidiennement de manière viscérale, que les défenses mises en place bon an mal an craquèlent et montrent de dangereux signes de fragilités, que ta lâcheté t’empêche d’envoyer valser toutes les causes de ton mal-être que tu t’échines à consigner ici, que tu t’enfonces dans un consumérisme bon teint, que tes passions sont très loin d’avoir la teinte rouge-vif qu’il sied pour mériter cette appellation, que décidemment encore la personne que tu es correspond si peu à celle que tu intellectualises, que tu ne trouves rien pour nourrir tes appétences, ni courage, ni volonté, quel meilleur moment, je vous le demande, pour n’en pas parler dans un billet de blog et de travailler l’art délicat et inutile des de la phrases sans point et sans intérêt ?


Lire la suite...

Tension

"(...)
Mind is a battlefield
All hope is gone
Trouble to the right and left
Whose side you're on?

Thoughts like a minefield
I'm a ticking bomb
Maybe you should watch your step
Don't get lost

The sky is a neighborhood
The sky is a neighborhood
Don't get lost

(...)"


Foo Fighters - The sky is a neighborhood

- page 2 de 82 -