Ah ben oui, quand même ...

Depuis une trentaine d'années, la saint-sylvestre est pour moi synonyme de retrouvaille avec les gens de la famille, de "communion" autour du renouveau calendaire avec mes contemporains (genre, c'est cool de penser à peu près tous la même chose au même moment) et de sentiment de renaissance, ou, pour le moins, de nouvelle chance : l'impression qu'on efface l'ardoise de nos manquements et qu'on est en mesure de ne plus les avoir, ces manquements (bonnes résolutions power).

Et puis, quand on éternue joyeusement un "Bonne année !" au nez du parent, de l'ami ou du collègue, ben finalement, on lui souhaite effectivement de les tenir ses bonnes résolutions.

Globalement, c'est gai, tout ça.

Cette année 2008, qui, mécaniquement, et sur un plan personnel, ne peut-être que meilleure que 2007, ne me fait absolument pas cet effet là. 

"Ben pourquoi ?" s'interroge le lecteur mystifié et tenu en haleine par cet habile teasing ...

Ben, parce qu'en 2007, les présidentielles ont vu l'élection d'un nouveau genre de dirigeant : cynique, menteur, fondant sa légitimité dans le temps sur la qualité de l'image médiatique qu'il renvoie et non sur la qualité citoyenne des mesures qu'il prend, vendu à une minorité qui entend ici conforter ses privilèges et creuser un peu plus le fossé qui la sépare du commun, qui inscrit plus son action dans la manipulation que dans la chose publique et qui, presque manifestement, a pour ambition d'éradiquer le peu de choses qui font que notre vie à nous, ceux du commun, a des bons cotés et qu'on peut penser à autre chose qu'à notre survie : la solidarité, avec la fin de la sécurité sociale, la sécurité de l'insertion avec la suppression du code du travail, la possibilité d'exprimer son désaccord avec cette même suppression de ce même code du travail, la tolérance entre confessions avec la fin de la laïcité ...

Je ne pense pas être exhaustif.

Et j'ai bien conscience que tout le négatif ne peut-être le fait d'un seul homme.
Toutefois, il incarne tellement la perte du pouvoir du peuple sur son propre destin et la subtilisation de ce pouvoir par la minoritée sus-évoquée que je cède sans vergogne à cette facilité

Alors bon, faut pas croire, je vous souhaite à tous, mes contemporains, une bonne année 2008.

Mais très sincèrement, c'est la première fois que mon "bonne année !" sonne, dans mon coeur et dans mon esprit, comme un "bon courage !" craintif et désabusé.


A tout le moins, je reprend en choeur les voeux de quelqu'une qui reste aussi révoltée. Je n'ai moi aussi qu'un seul voeu, cette année : l'unité.

Mais j'y crois de moins en moins.

Commentaires

1. Le vendredi, février 1 2008, 10:26 par Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Ben je suis avec vous (Ca fait au moins 3 ;) )

2. Le vendredi, février 1 2008, 11:39 par solita

:-)
Quatre khaos, je suis double ;-)

3. Le vendredi, février 1 2008, 18:10 par Io

Cinq ! et bon courage à tous héhé

4. Le vendredi, février 1 2008, 19:17 par KannTo

Oh yeah : pour avoir sans doute lu toute l'oeuvre, je peux affirmer que le "Club des cinq" a effectivement réalisé de grandes choses :-) D'autres volontaires ^^

Bon, par quoi on commence ?

5. Le samedi, février 2 2008, 17:38 par Io

Je ne sais pas par quoi on peut commencer, mais je peux vous proposer de finir sur un suicide collectif ^^

Ensemble tout devient possible :p

6. Le samedi, février 2 2008, 19:46 par lemenhir

A six, on fait une équipe de basket, de volley et presque de hand...
Pour le rugby, on attends de nouveaux volontaires... :-)

7. Le samedi, février 2 2008, 20:22 par solita

Ouais "le club des cinq" !!! moi j'étais Claude! ;-)

8. Le mardi, février 5 2008, 10:50 par solita

Voilà, voilà, la vengeance est un plat qui se mange froid!
Tu viens de remporter le grand prix du tag viens voir hihi! ;-)

9. Le mardi, février 5 2008, 13:00 par May

Arf!!! Le "nain compétent " est à " l'honneur" aussi chez toi .
Moi il y a quand même un truc que je ne pige pas, tout le monde est mécontent , mais qui a voté pour lui ? Qui ?
Mais bon, s'il y a un FPCS ( Front Populaire Contre Sarko) Enfin quand je dis contre, je veux dire que dés qu'il y aura quelqu'un ou quelqu'une qui va enfin brandir le drapeau de la révolution ( vi vi , j'exagère un peu )Quoiqu'il fait un peu royaliste le sarko
J'en suis quoi ....

10. Le mercredi, février 6 2008, 13:19 par Furie

Je ne me prononce pas sur le sujet pour ne pas faire de vagues... Mais comme le dit May un peu au dessus, il a quand même été élu à la majorité... Donc il est possible que la majorité soit satisfaite de ce qu'il fait (je précise tout de suite qu'ayant perdu ma carte d'électeur, je n'ai pas voté... Mais si j'avais pu le faire... Ca aurait été Sarko...)
Ce que je vois moi, c'est que c'est un type hargneux qui fout des coups de pied partout, qui fait bouger les choses (dans le bon sens pour certains, dans le mauvais pour d'autres...) et qui n'a pas peur d'avancer et de faire bouger tout ça.
Je n'étais pas forcément POUR Sarko mais j'étais CONTRE Ségo de tout mon être.
Malgré nos divergeances d'opinions... Je t'aime quand même hein !

11. Le mercredi, février 6 2008, 13:57 par Io

Sous prétexte qu'il a été élu par la majorité on devrait se taire^^ Je comprends plus là.

Si on n'a plus le droit de râler pfff c'est tout ce qui nous reste quoi, un peu de compassion merde ^^

12. Le mercredi, février 6 2008, 16:21 par KannTo

Io > Suicide collectif, comme tu y vas ! :)

Le Menhir > uh uh, restons pratiques. Ceci dit, le rugby, ce sera l’occasion d’être un peu rugueux ^^.

Solita > Claude ! Han, comment je suis même pas étonné ! (Mais vraiment pas en fait :D ).
Moi, j’étais Dagobert ^^

Solita > De quoi, de quoi ? Comment peux-tu avoir le besoin de te venger de moi (même froidement), alors que je suis trop gentil avec toi : la dernière chaine, je te l’ai envoyée !!! (mais m’en fout, je m’vengerai aussi ^^)

May > et bien, bienvenue dans la lutte :) .
Mais tout le monde n’est pas mécontent (cf. ci-dessus ^^). Et puis, qu’une partie de son électorat se rende compte qu’il s’est planté, ça me rassure quand même un peu …
Quant au drapeau de la révolution, je ne sais pas s’il est nécessaire de le brandir : les urnes sont là, encore, et reviennent bientôt … Moi je rêve d’une LCR qui cartonne aux municipales, par exemple … (« LC Révolutionnaire » … ah ben tiens ^^ (oui, je sais qu’ils envisagent de changer de nom :) ))
Quant à son royalisme, effectivement, y’a des vieux relents, quand même (même si d’aucuns le targuent d’un républicanisme sans faille (mais avec pas trop de laïcité dedans)(et pas trop de solidarité non plus)). Je me dis même qu’il pourrait bientôt médiatiser son lever, sa toilette et son popo du matin : et je ne suis même pas grossier, des plus illustres l’ont fait.

13. Le mercredi, février 6 2008, 16:29 par KannTo

Furie > Ben si : tu te prononces sur le sujet. Et puis ici, on peut, et puis les vagues, c’est toujours mieux que le calme plat.

Bon, ceci dit tu te trompes :).

Plus sérieusement, le fait qu’il ait convaincu la majorité des électeurs le légitime dans ses fonctions selon des règles établies et acceptées.
En revanche, cette même réalité ne légitime pas pour autant les actions de son gouvernement.

Par ailleurs, il se trouve qu’en ce moment, cette majorité d’électeurs, ben en fait, elle ne serait pas satisfaite (selon les sondages, car bien que ça me satisfasse, je me méfie des enquêtes d’opinion dans cette saloperie de société de manipulation de masse).

Enfin (et même si c’est à la décharge de lôtlà, ça me semble évident), même si « redresser la France et son pouvoir d’achat » me parait impossible en moins d’un an (mais bon, ça a fait plaisir à certains de croire cette baliverne et de voir guignol s’agiter dans tous les sens et brasser beaucoup de vent), il me semble qu’aucune des décisions qui ont été prises depuis cette (pardonne-moi) funeste élection n’ont un lien avec un mieux être de mes compatriotes.

En l’occurrence, je suis tout à fait ouvert à ce que tu me donnes des exemples de choses qui ont bougé dans le bon sens, c'est-à-dire dans l’intérêt du plus grand nombre, parce que moi, ce que je retiens des actes qui ont été posés depuis 8 mois, c’est :
- sape du principe de solidarité : les malades paieront pour les malades, alors qu’il me semble plus juste qu’une société prenne en charge les membres les plus faibles. Par ailleurs, le pendant des déremboursements, c’est une partie de la France capable de se soigner, et une partie de la France incapable de se soigner, et ce, parce que se soigner quand on ne bénéficie pas de ce principe de solidarité, ça coute cher.
- Sape des principes fondamentaux des droits de l’homme au profit … du profit. Le pavanage de kadhafi sous les ors de la république me laisse un arrière-goût de vomi dans la gorge.
- Sape du principe fondateur de notre société française qu’est la laïcité : pour le coup, ça mérite un débat à part entière, mais les clergés n’ont rien à faire dans les décisions qui concernent un pays (et entendons-nous bien, je parle de tous les clergés). Je veux dire qu’on est bien d’accord que le patron du lobbies des mangeurs de saucisses cuites à la vapeur n’a pas sa place près de l’oreille des dirigeants et que nous n’avons pas à payer de notre poche la publicité pour cette dite saucisse ? Et bien, les religions, c’est pareil.
- Prise manifeste du peuple pour un con : comment peut-on faire confiance à un type qui assène sans sourciller que c’est sa femme qui a libéré les infirmières bulgares ? Nan, mais sans rire ? Quand on est capable de débiter un tel mensonge et de mettre une partie des médias dans sa poche pour faire passer la pilule, je pense qu’on peut sans problème faire prendre n’importe qu’elle vessie pour une lanterne, surtout quand il s’agit de promesse de pouvoir d’achat et de mieux-être.
- Déréglementation du code du travail : cette vielle carne indigeste de code, c’est quand même ce qui nous protège, nous tous les sans-grades, d’être éventuellement abusés d’une manière ou d’une autre par celui qui détient sur nous le pouvoir de la gamelle . Alors moi, je me dis assez bêtement que la caissière d’auchan ou de carrefour qui en chie déjà des ronds de chapeau avec son temps partiels et son boulot aliénant, le jour où le temps légal de travail, les principes de protection du salarié contre les licenciements abusifs seront abolis, elle va passer au stade de la misère la plus crasse.
- Suppressions successives des charges de l’employeur. On nous fait entendre des réactions enthousiastes de petits entrepreneurs : comment ne pas être d’accord. En attendant, les patrons des grands groupes, ils doivent être bien mort de rire et se féliciter qu’on les exonère des responsabilités inhérentes à l’appartenance à une société (parce que c’est cela, les taxes et les impôts : mettre au pot commun. Si quelqu’un ne le fait pas tout en profitant de cette société, est-ce normal ?)
- Enfin, la suppression de postes d’enseignants : ma fille est au CP, dans une classe de 27 gamins ; comment la maitresse peut-elle en plus d’un programme pédagogique super-lourd et super important (apprentissage de la lecture, excusez du peu !) s’occuper des cinq ou six gamins à la traine qui finalement passeront au CE1 sans maitriser la lecture et qui se planteront donc dans les autres domaines (et encore, dans une école plutôt cool, avec des parents pas chiants).
Ben elle peut pas … ce qui fait qu’à ce rythme on pourra bientôt dire que l’éducation nationale vaut rien, que les enseignants sont des incompétents nantis et paresseux car sécurisé dans leur emploi et l’on pourra sans vergogne dire que maintenant, il est temps de « transmettre l’exercice de cette mission Ô combien importante à des professionnels, des vrais » … qui seront privés (donc dépendants de financement extérieurs qui pourront influencer sur les programmes) et/ou religieux, ce qui permettra de bien vidanger la tête des enfants et qu’ils obéissent bien à leurs patrons plus tard, sinon, ils iront en enfer.

Bref (-_-‘) …

Je ne pense pas être exhaustif.

Et, bon, donc, tu te trompes. Mais je t’aime aussi, hein :)

14. Le mercredi, février 6 2008, 16:34 par KannTo

Io > vi, c'est vrai ça, un peu de compassion et trêve de contentement droitier ainsi apposé sur ce blog de gauche ! :D

15. Le jeudi, février 7 2008, 17:17 par solita

Et n'oublions pas qu'il a été élu à la majorité des votants, ce qui donne environ un 30% des Français. Comme majorité on peut faire mieux.
Si on veut savoir vraiment ce que pense les électeurs de la politique, qu'on tienne compte des votes blancs et des abstensions, ça va changer le paysage tout à coup... ;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet