Bon, ben tant mieux, alors ...

Dans la maison de KannTo, le silence régnait depuis plus d'une semaine. Toutes les habitants de Jeunz road se demandaient s'il n'avait pas été assassiné. Les volets restaient invariablement clos, les guitares sur la pelouse ne laissaient rien présager de bon....
Desperate jeunz wife

... KannTo releva la tête.


Il fit rouler ses épaules pour les sortir de leur engourdissement et tendit les bras dans une tentative d'étirement. Prenant appui sur le sol, il se redressa tant bien que mal en une douloureuse secousse.

Le froid du mur sur lequel il s'était adossé semblait accroché à ses omoplates : un long frisson parcouru sa colonne vertébrale.

Le froid, vraiment ? Ou était-ce ce qu'il avait aperçu de son "domaine" dans le peu de lumière que les volets fermés laissaient passer ?

Il trébucha jusqu'au centre de l'unique pièce qui accueillait des parcelles de sa vie depuis un an et demi et jeta un regard circulaire à son capharnaüm de souvenirs surannés, d'états d'une âme mal dégrossie et de projets non-aboutis.
Un sourire comme un sanglot silencieux s'échappa de son visage fermé.

Sa main se tendit et tata l'humidité grasse qui imbibait en fleurs obscènes et pustulentes des feuillets posés en vrac sur un pupitre.
Il fronça le nez sur l'odeur que rapporta ses doigts. Cela faisait penser à ... de l'essence ?
Oui, peut-être ... en tout cas, à quelque chose qui brûle ... et qui détruit ...

Il prit enfin conscience que son autre main tenait un petit objet. Ses doigts s'ouvrirent et découvrirent le petit briquet qu'ils serraient jusqu'alors si fortement qu'une empreinte décorait sa paume.

Il se souvint.

... la révélation de son antre, son espoir qu'il soit utilisé pour le comprendre, le détournement fait de son capharnaüm, le sentiment de perte, le désir de supprimer, et le doigt sur la molette du briquet ...

Le sourire refit une fugace et carnassière apparition... Il regarda à nouveau le briquet : et si ...

Il s'ébroua, pris de vertiges, en proie à des sentiments contradictoires, et prit une inspiration.

Prudemment, comme il aurait manipulé une chose douée d'une vie propre, il enfonça le briquet dans une poche et retira délicatement sa main. Il le jetterait plus tard - après tout, ce n'est pas comme s'il avait été encore fumeur ...

Il s'avança jusqu'à la fenêtre et jeta un oeil par un interstice du volet ...
Sur le devant de la maison, la friche menaçait déjà. Elle menaçait toujours, de toutes façons ...
Tiens ... dans l'herbe envahissante, il lui semblait apercevoir des têtes de guitares - ses guitares ! Mais que faisaient-elles donc là ?

Son regard se porta plus loin. JeunZ Road semblait calme, comme souvent actuellement (la création par la ville d'un nouvelle rue mieux équipée n'était sans doute pas étrangère à cet état de fait) ...

Il pensa aux vieux amis de cette rue, qu'ils en soient les irréductibles, comme lui, ou qu'ils aient déménagé sous des cieux à leur avis plus cléments ... il pensa aussi à ceux, plus récents, qui s'étaient fourvoyés une fois jusque chez lui et qui revenaient désormais dire bonjour de temps en temps...
Un vrai sourire - le premier- commença à s'esquisser sur ses lèvres. Les amis ...

Il se redressa, ouvrit d'un geste les volets et la fenêtre afin que l'essence s'évapore et descendit les escaliers quatre à quatre.

KannTo ouvrit la porte, s'avança dans la fraîcheur de la fin de journée et, respirant profondément (comme on lui avait déjà conseillé), lança à la cantonade :
"Salut les gens ! Finalement, je n'arrête pas."

Il rentra, et se remit au travail.

Commentaires

1. Le vendredi, octobre 19 2007, 18:36 par Esperate our life

Alléluiah!!!!

Je suis complètement estomaquée, KannTo, magnifique ... Ca valait le coup de s'inquiéter un peu, si tu reviens avec des textes comme ça, je reprends l'abonnement pour dix ans direct! :-) :-) :-) :-)

2. Le vendredi, octobre 19 2007, 20:29 par pkdille

Joli retour parmi nous ... ça fait plaisir de te lire, vraiment.

3. Le vendredi, octobre 19 2007, 22:07 par tsuki_c

on a failli aller te chercher par la peau du.... ;-) y a pas idée de nous faire des frayeurs pareilles !!!! :-p

4. Le samedi, octobre 20 2007, 07:53 par Khaos Farbauti Ibn Oblivion

Joli, Bravo et Merci ;)

5. Le samedi, octobre 20 2007, 18:38 par Nickie

Magnifique mon grand...

Douces bises de par chez moi ;)

6. Le mercredi, octobre 24 2007, 07:08 par Gabrielle

Belle reprise ! (mais pas une raison non plus pour nous répéter ce coup effrayant de mort subite ! ;) )

7. Le jeudi, octobre 25 2007, 16:44 par KannTo

Solita > ^^, merci, c'est gentil, mais tu en es à l'origine :-) (mais ça me fait plaisir quand même, hein ^^)

Pkdille > merci, vraiment :-)

Tsuki_c > la peau du ... ? :-) Loin de moi l'envie de faire des frayeurs, c'était juste informatif ;-)

Khaos > Merci, merci et de rien :-)

Nickie > merci :-) je te les reinflique de part chez moi :-)

Gabrielle > Merci :-) Je suis toujours étonné et flatté de ce type de présence. Merci pour ça aussi :-)

8. Le vendredi, octobre 26 2007, 08:18 par chrys

Bonjour à toi Ô grand kannto! Que tes écrits sont sublimes! Que tu reviennes n'est pas trop tôt Moi je reviens de mes abimes.

Que ton" sourire fasse une fugace et carnassière apparition" C'est aussi pour cela que nous te lisons.

les sourires s'entendent les larmes se devinent.

Aller au prochain sourire.

et merci pour ton soutient sur mon blog. Très sincèrement!

9. Le dimanche, octobre 28 2007, 09:51 par Béa

Nous avons eu la même idée au même moment apparemment. Mais au lieu de mettre le feu, on peut aussi partir en vacances pour revenir plus inspiré/ressourcé ? En attendant, je passerai de temps à autre devant l'appart vérifier que les volets sont ouverts... Béa... PS : merci pour ton message.

10. Le mardi, novembre 6 2007, 10:52 par KannTo

Chrys > Merci de ce poême ^^ . Gros bisous Chrys, sincèrement.

Béa > En fait, non, pas tout à fait la même idée. C'était moins lié au blog en tant que tel qu'à l'utilisation qui peut en être faite ...
Mais en tout cas, merci pour ce petit mot :-) . Tu es toujours la bienvenue.
A bientôt ici, mais aussi et surtout dans tes pages (vivement que tu reviennes du vert ;-) )
P.S.: je me suis permis de faire un mix de tes deux com'

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet