Récidive

Il parait que l'histoire est un éternel recommencement ...
Le sujet de ce billet tend à prouver cet adage (ou pour le moins amène une eau déjà bue à son moulin), mais son fond (au billet), pas du tout. Au contraire, même ...

L'éternel recommencement, donc, concerne le pourquoi de ce billet. Le sieur Khaos Farbauti Ibn Oblivion a récidivé. Il a écrit une nouvelle nouvelle (word est très con; il me dit que je n'ai pas le droit de faire ce genre de répétition).
Et elle est excellente.
Je suis donc obligé de me répéter, puisque j'avais déjà tenté de rédiger un éloge à la gloire du Maître et de sa première création bloguesque dans ce billet (si ce n'est déjà fait, je vous invite d'ailleurs cordialement à lire Le Fauve).

Mais c'est justement cette nouvelle création qui se pose en bât blessant l'adage sus-cité : les histoires de ce prodigieux individu ne semblent pas vouloir se répéter.
Si Le Fauve se situait dans un univers d'heroic-fantasy, Cinq minutes se joue dans notre réalité.
Si Le Fauve s'inscrivait dans une narration classique, Cinq minutes nous offre les photographies d'un même moment sous des angles différents.
Si Le Fauve racontait un événement, Cinq minutes raconte des individus.
Si Le Fauve mettait en scène le Mal éternel, Cinq minutes expose l'horreur humaine.

Je pourrais continuer longtemps comme ça, mais ça serait lassant pour tout le monde, et je risquerais de déflorer la fin de cet écrit. Donc, je m’abstiens.

Khaos a en tout cas trouvé là une utilisation particulièrement adaptée du format "blog", et a revisité talentueusement le récit à épisodes, celui où l'auteur écrit réellement chaque partie à échéance fixe (et non la publication fragmentée que l'on retrouve habituellement); le dernier ouvrage de ce genre que j'ai lu, c'est "La ligne verte" de Stephen King. Quand même.

Voilà, je ne sais pas trop comment finir ce billet en étant sûr que vous, lecteur(s) de passage dans mes pages, aurai(en)t l'envie de découvrir tant l'écrit que son créateur. Si toutefois vous êtes ne serait-ce qu'intrigué, n'hésitez pas, foncez.
Et comme je suis très urbain et que j'aime répandre le bonheur autour de moi (ou pour le moins, diriger mes contemporains vers une certaine forme de bonheur), voici les liens, dans l'ordre, des différentes parties de Cinq minutes (sans oublier que l'ensemble du blog, ça n'est que du bonheur):

Commentaires

1. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:13 par Khaos Farbauti Ibn Oblivion
Nom de moi, que j'aime les compliments ! Bon tu as gagné, que veux-tu me soutirer ? ;)

(Edit : écrit le 6/10/06, 11H33)
2. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:13 par KannTo
Un nouveau texte, bien sûr ! (ou 15000 euros, au choix) ;)

(Edit : écrit le 6/10/06, 12H20)
3. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:15 par tsuki_c
Khaos tu te dois d'honorer ton fan ! :-D
donc d'écrire une nouvelle histoire ! ;-)
nan parce que les 15 000 euros je risquerais d'être jalouse :-p


(Edit : écrit le 6/10/06, 13H19)
4. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:15 par Khaos Farbauti Ibn Oblivion
Bon je mets en quête d'inspiration alors :) (parce que bon 15000 euros...)

(Edit : écrit le 6/10/06, 13H42)
5. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:16 par KannTo
Tsuki_c > :-D

Khaos > j'aime la pointe de jubilation qui transparait dans ce com' :) (Ceci dit, 1500 euros, ça m'irait aussi ;) )

(Edit : écrit le 9/10/06, 11H07)
6. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:18 par KannTo
Suite à un bug qui a effacé les commentaires du 5 au 11 octobre, j'ai rapatrié les victimes à leurs places respectives (d'où les dates d'émission un peu farfelues)
7. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:21 par 7h48

tiens khaos tu ne veux pas écrire un truc dont je serais l'héroine? ha narcissisme quand tu nous tiens!

8. Le vendredi, octobre 13 2006, 12:53 par KannTo

Oulà, sur un vieux billet comme ça ;) ... Je vais transmettre alors (Chouette !!)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet