Quel monde de merde ...

Quand l'actualité est à vomir

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, septembre 11 2008

A B.



Depuis que je suis capable d’appréhender le concept de la mort, je sais que cette dernière ne me fait pas peur.

Ça n’est pas une fanfaronnade : les conclusions philosophico-théologico-métaphysiques des élucubrations de ma réflexion desquelles je me suis déjà ouvert dans ces pages éclairent mes schémas de pensée (car de l’œuf ou de la poule, dans le cas présent, c’est apparemment l’œuf qui vint en premier) et rendent un ensemble finalement cohérent avec cette affirmation (remarque, je m’en sais gré, sinon, j’aurais eu l’air d’un con).

Le fait que je me sache immortel doit aussi contribuer à cette absence de crainte, mais c’est une autre histoire, et il ne peut y’en avoir qu’une (par billet).

Lire la suite...

mercredi, avril 23 2008

Nasse républicaine ...

Parce que les ignominies, c'est toujours meilleurs par deux ...

Lire la suite...

Fascisme trans-générationnel

« Est inadapté un enfant, un adolescent ou plus généralement un jeune de moins de vingt-et-un ans que l’insuffisance de ses aptitudes ou les défauts de son caractère mettent en conflit prolongé avec la réalité et les exigences de l’entourage conformes à l’âge et au milieu social du jeune. » (1)

 

Lire la suite...

mardi, août 28 2007

Le meilleur des mondes ...

Hier soir, je bénéficiais une seconde fois de mon récent renoncement à mon intégrité mentale (comme quoi, les 350 euros d'investissement, je vais avoir du mal à les amortir :-/ )en me vautrant devant "Golden Eye" (ou plutôt devant ses deux derniers tiers, coucher de gremlins oblige), qui est aux "James Bond" ce que la star acamerdique est à la musique (même ceux avec Roger Moore me paraissent géniaux à côté, c'est dire ...).
C'était donc surtout un vautrage en bonne et due forme, en fait ...

Lire la suite...

mardi, août 21 2007

Tiens, de l'eau, dans mes yeux ...

Ais-je déjà parlé sérieusement de mon VDD, et de ma formation ? Non, je ne pense pas.

Je suis assistant social (ou plutôt, assistant de service social, c'est ce qui est écrit sur mon zoli diplôme d'il y a presque 10 ans).

J'ai pédalé en VDI dans le domaine de la protection des ch'titsenfantsplutôtpassuperbienavecleursparents, où j'intervenais à domicile et où je m'en suis pris un peu trop en pleine poire pour ne pas me vautrer dans une forme de refus de cet emploi qui m'a mené (ou l'inverse) vers une gentille dépression dont je paye encore les conséquences.

J'ai pédalé quelques temps dans le domaine des sans-abris, où, paradoxalement, c'était pas si dur que ça pour le travailleur social : ça peut paraitre ignoble à dire, mais quand tout est cassé dans la vie de quelqu'un (et être sans domicile, je n'imaginais même pas le dixième de l'impact que ça avait sur un individu), c'est plus facile, t'as tout à réparer et t'as les coudées franche pour l'aider à se remobiliser (surtout quand ton chef de service est un fou furieux qui a passé sept ans de sa vie à batir un réseau partenarial d'hébergement d'urgence qui roule du tonnerre de dieu). Et ne croyez pas un "vieux" souvenir médiatique sur le sujet : tout ce qui a été dit, tout support confondu, sur le sujet, ne couvrait pas le 100ème de la réalité d'une journée sur le terrain (tant pour les principaux concernés que pour les structures et les travailleurs sociaux).

J'ai laissé tomber ce boulot pour un autre que me proposait une collectivité territoriale (genre, t'hésites pas, même si c'est un VDD encore).
Et c'est cet autre qui me pousse à écrire ce billet.

Actuellement, je pédale en faveur des gens qui dysfonctionnent du corps ou de la tête (ou des deux), qui ont besoin d'un lit super confortable vu qu'ils y passent, littéralement, leur vie, ou d'un chouette fauteuil qu'on peut faire rouler (mais pas pour s'amuser, juste parce que leurs jambes ne vont plus, quand ils en ont encore), ou encore de la présence constante de quelqu'un à leur coté, sinon, ils se mettent en danger, ou s'étouffent dans leur non-expectoration, ou meurent de faim devant le repas qu'ils ne peuvent pas porter à leur bouche, ou risquent des trucs pas cool par infection d'escarres (liste non-exhaustive).

*Note : je circonvole et prend ce ton badin juste pour ne pas me faire référencer sur les mots clefs de mon boulot, pas pour me moquer, bien sûr*

Et bref, toujours est-il que pour la première fois, après une après-midi d'entretiens (où je n'ai rencontré que deux personnes, t'imagines !), ben j'ai toutpleinfort les boules, même que j'ai dû faire deux fois diversion avec des photocopies pour ne pas me mettre à pleurer comme une madeleine sur les situations qui m'étaient expliquées, par des gens d'un courage, d'une dignité et d'une force morale que je ne m'autorise même pas à réver.

Inutile de rentrer aujourd'hui dans le détail : je n'en ai pas la force, et pas le temps.

Et je saute d'ailleurs de suite à la conclusion : on n'a jamais idée de comment la vie peut être, parfois, la pire des putes ...

- page 1 de 3